Encourager les projets pionniers au service de grande causes
To encourage pioneering projects at the service of great causes

Après 35 représentations et plus de 20 000 spectateurs, l’opéra-bouffe « Les Chevaliers de la Table ronde » créé en novembre 2015 à l’opéra de Bordeaux, retrouve avec bonheur le chemin des planches pour une vingtaine de dates pour la saison 2016-2017.

Parodie, énergie rythmique, virtuosité décalée et mélodie populaire sont les alliés d’une mise en scène signée Pierre-André Weitz. Un cocktail détonant pour un résultat à la hauteur des plus grandes folies d’Hervé, véritable père de l’opérette !
Retrouvez ce spectacle à Paris à l’Athénée-Théâtre Louis- Jouvet à partir du 16 décembre 2016 pour les fêtes de fin d’année.

Les Chevaliers de la Table ronde est la première des grandes opérettes d’Hervé, lequel inaugure avec cette pièce le cycle de ses quatre chefs-d’œuvre (suivront L’Œil crevé, Chilpéric et Le Petit Faust). L’ouvrage narre moins les aventures connues de Lancelot ou Merlin qu’il n’utilise un monde imaginaire coloré d’allusions aux fééries du Moyen Âge.
La présence luxueuse d’un nombre important de personnages secondaires (en particulier quatre chevaliers au caractère ridicule) permet à Hervé d’imaginer un spectacle ambitieux, capable de rivaliser avec certaines productions de l’Opéra-Comique d’alors. On y rencontre les quatre éléments privilégiés du comique en musique : la parodie (celle des genres sérieux ou de la musique étrangère), l’énergie rythmique, la virtuosité décalée et la mélodie populaire.
L’action – déplacée aux temps chevaleresques d’une Histoire de France que le XIXe siècle vénère – confie aux dames un poids particulier : Mélusine, Totoche et Angélique se partagent la vedette en caricaturant les caractères prétendument féminins que sont l’amour, la jalousie, la cupidité et la sensualité. De leur côté, Rodomont, Roland et Merlin donnent du courage chevaleresque une image bien émoussée.

Distribution et mentions:

Opéra-bouffe en trois actes, paroles d’Henri Chivot et Alfred Duru
Musique de Louis-Auguste-Florimond Ronger dit Hervé (1825-1892)
Représenté pour la première fois le 17 novembre 1866 au Théâtre des Bouffes-Parisiens
Version pour treize chanteurs et douze instrumentistes

Compagnie LES BRIGANDS
Direction musicale Christophe Grapperon
Mise en scène Pierre-André Weitz
Assisté de Victoria Duhamel
Chefs de chant Nicolas Ducloux et Christophe Manien
Travail corporel Iris Florentiny et Yacnoy Abreu Alfonso
Costumes et scénographie Pierre-André Weitz
Assisté de Pierre Lebon et Mathieu Crescence
Régie plateau Ingrid Chevalier et Clarice Flocon
Lumières Bertrand Killy

Rodomont, le duc Damien Bigourdan
Sacripant, sénéchal Antoine Philippot
Merlin, enchanteur Arnaud Marzorati
Médor, jeune ménestrel Manuel Nuñez Camelino / Artavazd Sargsyan (dates des 25 et 31 décembre 2016)
Totoche, la duchesse Ingrid Perruche
Angélique, sa belle-fille Lara Neumann
Mélusine, magicienne Chantal Santon-Jeffery
Fleur-de-Neige Clémentine Bourgoin
Roland, chevalier errant Samy Camps / Rémy Mathieu (date du 6 janvier 2017)
Amadis des Gaules David Ghilardi
Lancelot du Lac Théophile Alexandre
Renaud de Montauban Jérémie Delvert
Ogier le Danois Pierre Lebon

Transcription de Thibault Perrine pour treize chanteurs et douze instrumentistes

Production déléguée Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française
Coréalisation Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Production exécutive compagnie LES BRIGANDS
Coproduction Opéra de Reims / Centre des bords de Marne, scène publique conventionnée du Perreux-sur-Marne / La Coursive – Scène nationale La Rochelle / Opéra de Limoges
Avec le soutien d’Arcadi Île-de-France, de la SPEDIDAM et de l’ADAMI
Avec l’aide de la DRAC Île-de-France
En partenariat avec Angers Nantes Opéra
Décor fabriqué par les ateliers de l’Opéra de Reims

Dates et salles sur le site du Palazzetto Bru Zane